2 – cette vie derrière nous

Robert Kirkman – Tony Moore – Charlie Adlard

IMG_20131006_180554

Le monde tel que nous le connaissons a disparu

DÉFINITIVEMENT

Quatrième de couverture

Un fléau a transformé les morts en zombies errants à la recherche des derniers humains pour s’en repaître. Un groupe de survivants, mené par Rick – ancien policier de son état -, tente de s’en sortir dans ce monde devenu fou où une seule règle prévaut dorénavant :survivre à tout prix. Fuyant les zones urbaines infestées, les rescapés trouvent refuge dans une ferme aux ressources providentielles, mais qui recèle également de nouveaux dangers.

IMG_20131006_180643

Mon opinion :  de nouvelles aventures et de nouveaux rebondissements dans ce deuxième opus !

Si le périple de Rick et de son groupe tient toujours en halène, je dois dire que j’ai été un tout petit peu moins séduite par le contenu de ce numéro 2.

Sans doute est-ce lié au fait qu’il y a peut-être un peu trop de rebondissements à mon goût, et qu’au final, j’ai l’impression que je finis par m’y perdre …

Pour autant, je ne capitule pas ! Et je continue l’aventure Walking Dead !

À venir le numéro 3 – Sains et saufs ?

Mon Oeil

Publicités

1 – Passé décomposé

Robert Kirkman – Tony Moore – Charlie Adlard

IMG_20130926_102207

Le monde tel que nous le connaissons a disparu

DÉFINITIVEMENT

Quatrième de couverture

Rick est policier et sort du coma pour découvrir avec horreur un monde où les morts ne meurent plus, mais errent à la recherche des derniers humains pour s’en repaître.

Il n’a alors plus qu’une idée en tête : retrouver sa femme et son fils, en espérant qu’ils soient rescapés de ce monde devenu fou.

Un monde où plus rien ne sera jamais comme avant, et où une seule règle prévaut : survivre à tout prix.

IMG_20130926_102333

Mon opinion :  je ne vais pas le cacher, j’ai A-DO-RÉ !

Il faut dire que cela faisait un moment que je lorgnais dessus mais sans craquer ! Oui, je sais, je m’impressionne aussi parfois ! Mais pas tant que ça, finalement, puisque ce qui devait arriver arriva : je craqua ! – et oui, je réinvente la conjugaison aussi mais bon, du coup, ça rime !

Et comme je le pressentais, je suis instantanément devenue accro !

Le graphisme est vif et dynamique – après on aime ou on n’aime pas -, tout comme le scénario qui tient en haleine de bout en bout. Et puis, il y a un vrai travail d’écriture, ce qui ne gâche rien, bien au contraire …

En route pour le numéro 2 – Cette vie derrière nous

Mon Oeil

Tome 1 – Quelque part entre les ombres

BLACKSAD_ COUV

BLACKSAD

Quelque part entre les ombres

de

Juan DÍas Canales & Juanjo Guarnido

DARGAUD

Premier opus d’une série qui attend avec impatience la sortie de son tome 5 en novembre 2013, celle-ci débute en 2000 avec ce titre « Quelque part entre les ombres » qui donne déjà une bonne idée de l’ambiance de cette bande dessinée policière-animalière.

Mais qu’est-ce que Blacksad ?

Blacksad, John Blacksad, est un chat, détective privée de son état, personnage solitaire, sombre et désabusé, qui est le principal protagoniste de cette BD. Notre détective mène l’enquête dans le New-York des années 1950, dans une atmosphère de films noirs, en compagnie d’autres animaux anthropomorphes.

IMG_20130901_153251

Note de DARGAUD au sujet de ce premier opus

Attention chef-d’oeuvre ! L’histoire d’un privé qui veut venger son ex-fiancée assassinée, rappelle celle des grands maîtres du polar le plus noir. Cette tragédie classique transfigurée par un dessin sublime, d’une Maestria époustouflante, qui fait de ce polar l’une des plus grande surprise de l’année.

IMG_20130901_153350

Mon opinion : Blacksad est typiquement le genre de BD hyper addictive dont on en redemande à peine la dernière page tournée ! L’atmosphère digne de grands polars américains est vraiment bien sentie.

Le dessin est sublime, comme le souligne l’éditeur, et c’est tout à fait vrai ! L’ensemble est très vivant et l’intrigue très prenante. Une très belle réalisation qui mérite la kyrielle de prix qu’elle a décrochés !

Pour les passionné(e)s de Blacksad ou pour celles et ceux qui souhaiteraient en découvrir davantage sur cet univers fascinant, voici un site qui devrait vous intéresser >> Blacksadmania

Mon Oeil

Le dernier des Mohicans – Cromwell

IMG_20130901_181342

Le dernier des Mohicans

par CROMWELL

Adaptation du roman éponyme de James Fenimore Cooper

Parution le 28.04.2010 chez Soleil Productions – Collection Noctambule

L’histoire, en résumé :

1757, État de New York. Français et anglais se battent pour l »appropriation des territoires indiens. Au cœur de cette guerre, un jeune officier anglais, Duncan Heyward, est chargé de conduire deux sœurs, Cora et Alice Munro jusqu’à leur père.

Victimes d »une embuscade, les deux jeunes femmes et leur escorte sont sauvées par Hawkeye, un européen élevé par le mohican Chingachgook, et son fils Uncas, qui acceptent de les escorter jusqu’à leur destination…

IMG_20130901_181457

Quand CROMWELL parle de l’élaboration de son œuvre :

La technique était toujours la même. Pas de story board, je faisais des séries de fonds sans savoir quel sujet je peindrai dessus, et puis sans crayonner, j’attaquais le dessin que m’inspirait les lumières du fond en fonction de l’image que j’avais en tête. Je faisais ces fonds sur papier aquarelle, à grain fin et je les piégeais de bosses, de creux, à l’aide d’enduits que je colorais de pigments. Je voulais recréer la surface d’un mur ou d’un cuir ou d’une roche sur les quels j’aurai peint un paysage, un ou des personnages. Les couleurs arrivaient selon l’humeur, soit un rouge carmin profond, un ocre jaune plutôt moutarde, ou un vert-bleu mentholé. Quand je montais la scène entière, je faisais alors le choix définitif de la couleur qui dominerait en bidouillant sur l’ordi. Mais toujours entre ces trois tons.

IMG_20130901_181605

L’album est découpé d’une façon assez mathématique, ponctué de citations qui illustrent les têtes de chapitres. Les chapitres eux-mêmes sont ponctués de portraits. Fenimore Cooper dans son roman, mettait systématiquement une citation en exergue au début de chaque chapitre. Souvent, une citation de Shakespeare. J’ai voulu garder ce principe en introduisant cette fois du roman noir et des auteurs de littérature contemporaine que nous avons choisi avec Catmalou. (Source : BDgest )

IMG_20130901_181709

 

Mon opinion : Cette adaptation du roman de Cooper, qui a déjà connue son heure de gloire avec le film éponyme signé Michael Mann, tient davantage du roman graphique que de la B.D.

Très beau projet artistique, très sombre … presque trop. Parfois, à la limite de l’overdose.

Cependant, j’ai adoré tout le travail effectué autour de la lumière; quasi obsessionnelle, d’ailleurs. Mais également, la matière donnée aux planches grâce à ce choix de technique.

Pour ce qui est de l’histoire, on y retrouve tous les éléments essentiels. Malheureusement, je trouve qu’il a un léger manque de rythme ou un je-ne-sais-quoi qui pourrait en faire une œuvre de référence. Par ailleurs, je n’ai pas du tout accroché avec le jeu des citations …

Au final, j’ai une opinion un peu mitigée sur cet album que je ne trouve ni bon ni mauvais … mais qui va sans doute sommeiller au fond de ma bibliothèque, ce que je regrette déjà !

Mon Oeil