Windows on the World – F. Beigbeder

windows-on-the-world_couv« Windows on the world » de Frédéric Beigbeder – Grasset

Date de parution : 20 août 2003

PRIX INTERALLIE 2003

Le seul moyen de savoir ce qui s’est passé dans le restaurant situé au 107e étage de la Tour Nord du World Trade Center, le 11 septembre 2001, entre 8 h 30 et 10 h 29, c’est de l’inventer. (F. Beigbeder)

Mon avis : déjà, il fallait avoir le courage, ou être complètement insouciant, voire même les deux, pour s’attaquer à un sujet aussi sensible que celui !

Des milliers de victimes, de blessés, d’images insoutenables, de mémoires marquées … Mais il l’a fait ! Et avec quel brio !

Un livre rude, émouvant, poignant qui se dévore ! Un Beigbeder touchant dans l’un de ses meilleurs romans.

C’est l’histoire d’un père qui emmène ses fils au restaurant, là-haut, tout là-haut ….

Mon Oeil

Publicités

Un garçon d’Italie – Ph. Besson

BESSON_GARCON_ITALIE« Un garçon d’Italie » de Philippe BESSON (2003)

Un jeune homme meurt. Lui, c’est Luca Salieri. Une jeune femme reste.

Elle, c’est Anna, sa jeune épouse. Pourtant, ils s’aimaient !

Et puis, il y a Léo. Le jeune prostitué de la gare. Que vient-il faire dans cette histoire ? Quel lien avait-il avec Luca ?

Alors ne demeurent que les questions. Un suicide ? Un crime ? Ou encore un accident ? Que s’est-il vraiment passé ?

Mon avis : Une enquête qui progresse, racontée par les protagonistes eux-mêmes. Des confessions, des émotions qui, livrées tour à tour, vous entraînent jusqu’au dénouement de cette intrigante histoire.

Un superbe roman poignant et puissant. À lire !

Mon Oeil

Les désarrois de Ned Allen – D. Kennedy

desarrois-ned-allen« Les désarrois de Ned Allen » de Douglas Kennedy (2005).

Jeune golden boy au talent exceptionnel, Ned Allen peut se targuer d’avoir réussi puisqu’il est responsable d’espaces publicitaires pour CompuWorld, un des magazines d’informatique les plus performants du marché.

Avec Lizzie, sa femme, il profite de la vie trépidante de Manhattan, dépense sans compter et voit la vie en rose.
Jusqu’au jour où CompuWorld est brusquement racheté par un concurrent et Ned licencié. Un coup de gueule… un coup de poing malheureux, et voilà sa réputation en miettes.

Toutes les portes se ferment devant lui, le chômage dure, désespérant. Quand Lizzie le quitte, il croit toucher le fond.

Au terme d’une inexorable descente aux enfers, Ned est prêt à tout accepter… même la proposition d’un homme d’affaires louche.
Erreur.
Lorsqu’il prend la mesure du guêpier dans lequel il s’est fourré, il est coincé. Mouillé malgré lui dans un meurtre, il lui faudra plus que du bagout pour sauver sa peau. (Éditeur)

Mon avis :  « Les désarrois de Ned Allen » est le deuxième roman de Douglas Kennedy que j’ai lu. Le premier étant « La femme du Vème » dont je vous toucherai quelques mots dans un article futur. En ce qui concerne « Les désarrois … « , j’ai tout d’abord été surprise par le changement radical de style entre ces deux romans. Et autant rompre le mystère tout de suite, je n’ai été déçue ni par l’un ni par l’autre. 

Alors que « La femme … » relève presque du « mystique » dans son récit, ici, l’écriture est on ne peut plus réaliste. Kennedy dresse un portrait acerbe et sans concessions, de son Amérique, Terre de tous les possibles, où l’argent est érigé en roi. Mais aussi, il nous fait la démonstration que si l’on peut monter très vite, on peut également tomber très brutalement. Et c’est là qu’il nous entraîne, dans la chute vertigineuse de cet homme auquel tout semblait réussir.

Parfois, il suffit d’un premier mauvais choix pour en déclencher une avalanche … Mais Ned va t-il en assumer toutes les conséquences ?

J’ai trouvé ce roman pertinent et très juste dans la psychologie des personnages ainsi que dans l’analyse de cette société. Raconté sans lourdeur, avec ironie et humour, je me suis complètement laissée emportée par ce récit que j’ai dévoré !

Mon Oeil

Si peu d’endroits confortables – F. Salmeron

SALMERON_SIPEU« Si peu d’endroits confortables »* de Fanny Salmeron (2010).

Premier roman de la jeune auteure, Fanny Salmeron (14 avril 1981)

* (Stéphane Million Éditeur juin 2010 / J’ai Lu août 2011)

Ses deux autres romans publiés :
(2011) Le Travail des nuages, Stéphane Million éditeur.
(2013) Les Étourneaux, Stéphane Million éditeur.

Alors, non, je n’ai pas envie de vous livrer comme cela le synopsis de « Si peu d’endroits confortables » ! Cette histoire, il faut la découvrir vierge ! Mais par contre, je peux vous dire ce qui m’est arrivé …

Je l’ai ouvert … Il m’a attrapée … Je l’ai dévoré !

Mon avis : Ce livre est un roman d’une rare poésie dont chaque mot vous touche avec une justesse inouïe. Où chaque phrase vous transporte à travers cette histoire si pleine d’humanité.

« Si peu d’endroits confortables » fait partie de ces livres dont on ne sort pas tout à fait indemne …

Mon Oeil