Les morsures de l’ombre – K. Giébel

morsuresombre« Les morsures de l’ombre » de Karine Giébel – Pocket 2012

ISBN 978-2-266-18136-5

Elle est belle, attirante, disponible. Il n’a pas hésité à la suivre pour prendre un dernier verre.

À présent, il est seul, dans une cave, enfermé dans une cave. Isolé.

Sa seule compagnie ? Sa séductrice et son bourreau. Et elle a décidé de faire durer son plaisir très longtemps. De le faire souffrir lentement.

Pourquoi lui ? Dans ce bras de fer rien n’est dû au hasard. Et la frontière entre tortionnaire et victime est bien mince … (Quatrième de couverture)

Ce roman a reçu le Prix SNCF du polar français, le Prix Intramuros ainsi que le Prix du festival internationnal du Roman Noir.

Mon avis : Pour ma chronique littéraire du lundi, je reviens à nouveau avec un roman signé Karine Giébel ! Et pour cause ! Depuis la lecture de « Juste une ombre » – c’est très ombragé tout cela, vous allez me dire ! – j’ai du mal à décoller le nez de ses romans.

Son écriture est tellement addictive, dynamique et pleine de surprises, que je suis partie à lire toute sa collection, je le sens … D’ailleurs, j’y reviendrai cette semaine pour un nouvel avis, puisque dans la foulée, j’ai aussi lu un petit recueil de nouvelles. Mais revenons à nos moutons !

Pour les amateurs et amatrices du genre, je vous conseille vraiment de plonger dans son univers. Pour ma part, cette auteure a été une vraie belle découverte !

Finalement, je me demande si le roman noir au féminin n’est pas encore plus tordu que celui au masculin ?!

Mon Oeil

 

Windows on the World – F. Beigbeder

windows-on-the-world_couv« Windows on the world » de Frédéric Beigbeder – Grasset

Date de parution : 20 août 2003

PRIX INTERALLIE 2003

Le seul moyen de savoir ce qui s’est passé dans le restaurant situé au 107e étage de la Tour Nord du World Trade Center, le 11 septembre 2001, entre 8 h 30 et 10 h 29, c’est de l’inventer. (F. Beigbeder)

Mon avis : déjà, il fallait avoir le courage, ou être complètement insouciant, voire même les deux, pour s’attaquer à un sujet aussi sensible que celui !

Des milliers de victimes, de blessés, d’images insoutenables, de mémoires marquées … Mais il l’a fait ! Et avec quel brio !

Un livre rude, émouvant, poignant qui se dévore ! Un Beigbeder touchant dans l’un de ses meilleurs romans.

C’est l’histoire d’un père qui emmène ses fils au restaurant, là-haut, tout là-haut ….

Mon Oeil

Juste une ombre – K. Giébel

JUSTE_UNE_OMBRE« Juste une ombre » de Karine Giebel – Pocket

Date de parution : 7 mai 2013

D’abord, c’est une silhouette, un soir, dans la rue… Un face-à-face avec la mort.

Ensuite, c’est une présence. Le jour : à tous les carrefours.

La nuit : à ton chevet. Impossible à saisir, à expliquer, à prouver.

Bientôt, une obsession. Qui vous ruine ta carrière, te sépare de tes amis, de ton amant. Te rend folle. Et seule.

Juste une ombre. Qui s’étend sur ta vie et s’en empare à jamais.

Tu lui appartiens, il est déjà trop tard … (Éditeur)

Mon avis : Avoir envie de découvrir de nouveaux auteurs, peut avoir ceci de fantastique : provoquer de belles rencontres ! C’est exactement ce qui s’est passé avec Karine Giebel.

Découverte totalement par hasard, j’avoue que la lecture de son roman m’a juste mis une bonne grosse gifle ! Mais quelle belle surprise !

Une histoire à dormir debout qui vous happe et ne vous lâche plus jusqu’à son point final. Des doutes à n’en plus finir qui vous tiraillent tout au long de ce récit. Un scénario diaboliquement bien orchestré dans lequel on ne s’ennuie jamais !

Voici un vrai polar rondement mené et drôlement bien ficelé !  Une lecture totalement addictive !

Mon Oeil

La maison des miroirs – J. Connolly

LA_MAISON_DES_MIROIRS« La maison des miroirs » de John Connolly

Texte inédit paru chez Pocket le 13.06.2013

Quelques meubles minables. Une odeur infecte. Aux murs, des miroirs, et encore des miroirs. Ici, il y a vingt ans, John Grady a tué quatre enfants.

Ce n’est plus une maison, c’est un tombeau.

Et quelque chose y demeure, qui ne demande qu’à ressurgir. Chargé de surveiller cet endroit sinistre, Charlie Parker scrute les ombres…

Il n’est pas seul : dehors, un homme étrange attend de recouvrir une dette. Le « Collectionneur ».

Et si le pire était à chercher de l’autre côté des miroirs ? (Éditeur)

Mon avis : Sur le sujet éculé des esprits maléfiques, Connelly, dans ce texte inédit, n’en fera malheureusement pas une œuvre de référence du genre ! Ce thriller dont l’écriture manque de nervosité est à la limite du soporifique.

Une mise en place très lente pour un sujet finalement peu exploité, à mon sens, hormis sur la toute fin du livre. Un manque d’intensité patent pour une écriture qui traîne en longueur … Dommage !

Une vraie déception pour cet auteur connu et reconnu du genre !

Mon Oeil