{TV} Harlow, la blonde platine

Harlow « Harlow, la blonde platine » de Gordon Douglas (1965) avec Carroll Baker, Red Buttons & Raf Vallone.

Synopsis : En 1928, à peine âgée de 17 ans, la jolie Jean Harlow décide, pour échapper à la misère promise par l’incapacité de son beau-père à les faire vivre, sa mère et elle, de devenir une star de l’écran.

Son irréprochable plastique et sa chevelure blond platine lui valent un certain nombre de propositions, que Jean rejette souvent, préférant «ne pas tourner plutôt que mal tourner».

L’imprésario Arthur Landau lui propose, moyennant une commission, de faire d’elle une vedette. Il réussit à l’imposer aux producteurs en lui faisant tourner de petites séquences burlesques avant de décrocher pour elle un contrat de sept ans.

Sa beauté, plus que son modeste talent ou ses capacités intellectuelles, valent à Jean de triompher à Hollywood … (Paramount)

Ma critique : il y a quelques jours, j’ai découvert que j’avais accès, via ma tablette, à la chaîne Paramount Channel !
À ma grande surprise, ils passent un tas de vieux films des années 50 et 60.

 

C’est donc à cette occasion que j’ai pu voir « Harlow, la blonde platine ». Ce film retrace, en partie, la vie de la célèbre actrice américaine des années 1930, brutalement décédée en 1937 des suites d’un empoisonnement urémique.

 

Un film au charme désuet, servi par la touchante interprétation de Carroll Baker dans le rôle de « The platinum blonde« . Un regret, cependant, de ne pas avoir été complètement transportée dans les années 30 …

 

Mon Oeil
Publicités

{DVD} YSL

YSL « Yves Saint Laurent » de Jalil Lespert (8 janvier 2014) avec Pierre Niney, Guillaume Gallienne et Charlotte Le Bon.

Synopsis :  Paris, 1957. À tout juste 21 ans, Yves Saint Laurent est appelé à prendre en main les destinées de la prestigieuse maison de haute couture fondée par Christian Dior, récemment décédé.

Lors de son premier défilé triomphal, il fait la connaissance de Pierre Bergé, rencontre qui va bouleverser sa vie.

Amants et partenaires en affaires, les deux hommes s’associent trois ans plus tard pour créer la société Yves Saint Laurent.

Malgré ses obsessions et ses démons intérieurs, Yves Saint Laurent s’apprête à révolutionner le monde de la mode avec son approche moderne et iconoclaste. (Allociné)

Découvrir la bande annonce


Mon point de vue : Assurément une belle déception d’un point de vue du scénario qui manque, à mon sens, d’un réel parti pris. Du coup, le film manque cruellement de profondeur.

Celui-ci oscille perpétuellement entre la mise en exergue de la carrière du jeune prodige, travailleur acharné et torturé, qui va devenir le Grand Saint-Laurent, et la vie sentimentale du jeune oranais, timide et réservé, qui finira par s’adonner aux plaisirs de la chair, de l’alcool et de la drogue, jusqu’à l’arrivée de la maladie.

Pour autant, Lespert ne se positionne jamais vraiment sur l’un de ces deux aspects, ce qui rend l’ensemble superficiel, et terne, par manque de « liant » dans les passages de l’un à l’autre.

Heureusement, ce biopic est servi par une remarquable distribution ! Pierre Niney est brillantissime en Saint-Laurent, et Guillaume Gallienne, toujours à la hauteur. Une réalisation propre, une belle photographie mais pas toujours égale, malheureusement !

Bref, un film dont la Bande Originale d’Ibrahim Maalouf restera bien plus marquante que le support …

Mon Oeil

{DVD} Hitchcock

Hitchcock-Affiche-France « Hitchcock » de Sacha Gervasi (6 février 2013) avec Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson, Toni Collette et Jessica Biel.

# Sortie DVD le 26 juin 2013

Synopsis : Alfred Hitchcock, réalisateur reconnu et admiré, surnommé « le maître du suspense », est arrivé au sommet de sa carrière. A la recherche d’un nouveau projet risqué et différent, il s’intéresse à l’histoire d’un tueur en série.

Mais tous, producteurs, censure, amis, tentent de le décourager. Habituée aux obsessions de son mari et à son goût immodéré pour les actrices blondes, Alma, sa fidèle collaboratrice et épouse, accepte de le soutenir au risque de tout perdre.

Ensemble, ils mettent tout en œuvre pour achever le film le plus célèbre et le plus controversé du réalisateur : PSYCHOSE. (Allociné)

Mon point de vue : Fan inconditionnelle d’Alfred Hitchcock depuis toujours, et amatrice de biopic, je ne pouvais décemment pas bouder ce film qui, en plus, affichait une distribution de rêve ! C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je glissais le DVD dans mon lecteur et appuyais sur la touche « lecture ». Inutile de vous préciser que la V.O. était de rigueur !

Et comme n’est pas « Maître du suspens » qui veut, je ne le ferai donc pas durer ! Alors autant vous dire que, globalement, j’ai été plutôt déçue par ce film. Beaucoup de longueurs d’un ennui … mortel ! Par contre, une jolie réalisation, servie par une belle photographie.

Les prestations de Hopkins, qui est méconnaissable, et de Mirren, qui décidément peut tout jouer, sont les vrais points forts de cette œuvre. Les seconds rôles sont, quant à eux, m’ont laissé une impression assez mitigée. À l’exception de Toni Collette qui est parfaite, les autres, sans être foncièrement mauvais, n’ont rien de particulier.

Et, à mon sens, la grosse erreur de casting est Scarlett Johansson. Elle n’interprète pas son rôle, elle minaude ! Bon, c’est un genre … faut aimer. Personnellement, je ne suis pas cliente.

Voici un film que je ne déconseille pas totalement mais que je n’encourage pas à voir pour autant.

Mon Oeil

{CINE} Veni, vedi mais pas convaincue !

affiche-Le-Majordome-The-Butler-2013-1« Le Majordome » de Lee Daniels avec Forest Whitaker, Oprah Winfrey et John Cusack – sortie en salle le 11.09.2013

Synopsis : Le jeune Cecil Gaines, en quête d’un avenir meilleur, fuit, en 1926, le Sud des États-Unis, en proie à la tyrannie ségrégationniste.

Tout en devenant un homme, il acquiert les compétences inestimables qui lui permettent d’atteindre une fonction très convoitée : majordome de la Maison-Blanche.

C’est là que Cecil devient, durant sept présidences, un témoin privilégié de son temps et des tractations qui ont lieu au sein du Bureau Ovale.

À la maison, sa femme, Gloria, élève leurs deux fils, et la famille jouit d’une existence confortable grâce au poste de Cecil.

Pourtant, son engagement suscite des tensions dans son couple : Gloria s’éloigne de lui et les disputes avec l’un de ses fils, particulièrement anticonformiste, sont incessantes. (Allociné) >> Bande annonce

Ma critique :  je me réjouissais d’aller voir ce film. D’ailleurs, il faisait partie de ma petite sélection du mercredi – que vous pouvez retrouver >> ICI, et j’avais noté la chose suivante :

# Ce film, inspiré d’une histoire vraie, me met l’eau à la bouche ! Fascinante période de l’histoire récente des États-Unis, servie par une superbe brochette d’acteurs et de célébrités américaines. Comment résister, à commencer par Forest Withaker ?

Sauf que ce vendredi soir, alors que le rideau tombait la salle – quasi vide, d’ailleurs ! – était plongée dans l’obscurité je regardais ce film, et je n’arrêtais pas de me dire que quelque chose clochait ! Une belle réalisation pourtant, des acteurs à la hauteur … mais qu’est-ce qui pouvait bien me manquer ?

Je suivais consciencieusement les aventures de Cecil, de sa famille, j’observais sa vie qui défilait, le regardant arpenter les couloirs de la Maison Blanche comme s’il marchait sur sa propre frise chronologique mais je ne ressentais rien … ou presque. Seule Oprah WInfrey a vraiment réussi à me saisir, par moments …

Et quand la lumière s’est enfin rallumée, j’ai alors compris. Un seul mot m’est venu : désincarné !

Alors je sais que les critiques sont dithyrambiques, que tout le monde lui promet quelques récompenses. Pour ma part, il ne restera pas dans les anales !

Mon Oeil